Arette la Pierre Saint Martin

logo du site
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin

Accueil du site > Notre Commune > La culture du risque

La culture du risque

Une nature généreuse mais capricieuse

Territoire de montagne particulièrement boisé, la commune d’Arette est indissociable de la couleur verte. Cela est si vrai que le cours d’eau principal qui la traverse sur plus de 10 km s’appelle le Vert. A côté de ce ruisseau, dont le bassin versant de 38km2 collecte une partie des eaux du massif karstique de la Pierre Saint-Martin, de très nombreux torrents, plus ou moins significatifs, constituent un important réseau hydrographique. Depuis 2007, une microcentrale installée à la Mouline produit de l’électricité à partir de conduites forcées installées sur le Chousse, le Gurré et le Lagaretche. Evidemment, comme beaucoup de communes situées en zone de montagne, Arette est soumise aux risques d’inondation lié au ruissellement pluvial et aux crues torrentielles.

cru 009

Le tableau ci-après montre que ce genre de catastrophe revient malheureusement trop souvent. Ces abats d’eau réguliers occasionnent bien trop souvent des glissements de terrain, en particulier dans le secteur du col de Lie, mais aussi sur la route de la Pierre Saint-Martin au col de Labays.

Juin 1790 Tous les ponts sont détruits entre Arette et Aramits.
1885 Crue du Virgou.
19/07/1908 En Barétous, récoltes et terres emportées.
24 au 26 nov 1928 Crue du Virgou et du Vert à Arette.
11 et 12 mars 1930 Crue du Vert et du Virgou.
25/11/1931 Digues et barrages enfoncés sur Lourdios.
15/06/1932 Crue du Virgou.
du 03 au 05/10/1937 Pluie de 180 mm en 24 h.
  Echelle de crue emportée sur le Vert à Arette.
  Quartier Bourdés le plus affecté.
220/06/1944 Crue inondante.
mai 1954 Érosion de berge au quartier Escamet nécessitant la construction d’une digue de protection.
1955 Ouverture d’une brèche dans la digue construite en 1954.
16/06/1992 Pluie de 165,8 mm en 4 h à Sainte Engrâce, de 45 mm en 55 min à Arette
  Attaque de berge et débordement du ruisseau de Chousse entre Urdette et la Mouline.
  Coupure de la D132. Inondation à la Mouline, le fronton a les pieds dans l’eau.
  Érosion de berges et débordements en amont du pont de Hourat.
  Débordements sur les terrasses basses entre le pont de Hourat et le pont d’Escamet. Erosion de berges au camping-municipal et débordement en aval.
décembre 1995 Crue du ruisseau de Bilhoueyt, route du Col de Lie (D341) inondée.
04/02/2003 Crue du ruisseau de Bilhoueyt, route du Col de Lie (D341) inondée.
septembre 2003 Débordements des ruisseaux de la Puyade et de Soulayets, RD132 inondée, crue du Vert.
5 et 6 novembre 2011 Terrains gorgés d’eau (équivalent d’un mois de pluie en 2 jours) destabilisés entrainant divers matériaux dans le talweg, servant d’exutoire par un passage busé appelé Pont Bergerot. La buse étant obstuée la RD 132 est fermée à la circulation pendant 4 jours.
24 et 25 janvier 2014 Au même endroit et pour les mêmes motifs la RD132 est fermée pendant une semaine pour vidanger la buse une nouvelle fois obstruée par des arbres, des pierres et des coulées boueuses.

 La poussée de la plaque ibérique sous la plaque européenne n’arrange évidemment en rien cette instabilité, qui provoque régulièrement des dégâts importants. Cela n’est bien sûr pas comparable avec le séisme de 1967 qui restera à jamais gravé dans l’histoire de notre commune (voir rubrique qui lui est consacrée).

embâcle

Loin de traumatiser la population locale, cet évènement dramatique aura mis en lumière la nécessité de se préparer pour affronter les caprices de la nature. C’est ainsi que le Plan de Prévention des Risques Naturels a identifié, dans le détail, les risques de chaque recoin de la commune. A partir de ces données, le Plan Local d’Urbanisme (PLU) a pris en compte ces informations pour éviter que des constructions ne soient, un jour, menacées dans leur sécurité. Mieux que cela, conscient du devoir d’exemplarité que notre commune doit assumer au regard de son passé, Arette est l’une des premières à s’être dotée d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) qui définit le rôle des élus et des bénévoles aux côtés des acteurs professionnels mobilisés lors de catastrophes. Pour ne pas être en reste, la population a fait l’objet d’une information sommaire à travers le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM), consultable sur ce site dans la rubrique « Services/infos pratiques ».



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF